Les effets de mode dans l’orientation des lycéens après le baccalauréat conduisent à des dé- séquilibres importants en termes de filières. À l’université, les formations dont les débouchés sont les meilleurs ne correspondent pas toujours à celles où les étudiants se dirigent massivement. À l’inverse, les filières scientifiques restent à un niveau beaucoup plus bas que celui de 1995, malgré une légère reprise à la rentrée 2014. Dans de nombreux secteurs de la société, les besoins de diplô- més ne sont pas couverts, des professeurs de mathématiques du secondaire aux spécialistes du numérique. Entre 2010 et 2013, les recrutements de diplômés correspondants ont augmenté de 13% et les besoins de qualifications continuent de croître. Un effort est nécessaire pour favoriser l’attractivité des filières conduisant aux nouveaux métiers, en concentrant les actions d’information sur celles-ci. Le portail d’Admission Post-Bac intégrera désormais une information sur les débouchés professionnels, apportant ainsi une première réponse à cette préoccupation. Meilleure information sur les débouchés et meilleure orientation devraient permettre d’améliorer l’attractivité des filières concernées, notamment scientifiques, et de combattre les stéréotypes liés au genre. Dans le même mouvement, elles permettront d’améliorer l’insertion professionnelle des étudiants. Par ailleurs, pour certaines « disciplines rares », dans des situations variées allant des langues rares à la chimie théorique, une concertation et un pilotage national sont nécessaires.