Santa Caserio était un anarchiste. Il aurait pu s'enfuir, se sauver lui-même; mais il est resté, il a supporté les conséquences. Les raisons de cet acte sont exposées d'une manière si simple, si digne et si enfantine qu'on se souvient du touchant hommage rendu à Caserio par son professeur de la petite école du village, Ada Negri, le poète italien, qui parlait de lui , plante tendre, de texture trop fine et sensible pour supporter la cruelle tension du monde. Messieurs du Jury, je ne me propose pas de faire une défense, mais seulement une explication de mon acte. «Depuis ma jeunesse, j'ai commencé à apprendre que la société actuelle est mal organisée, tellement que de nombreux misérables se suicident chaque jour, laissant les femmes et les enfants dans la détresse la plus terrible: les travailleurs, par milliers, cherchent du travail et ne la trouvent pas Les familles pauvres demandent de la nourriture et frissonnent de froid, elles souffrent la plus grande misère, les petits demandent de la nourriture à leurs misérables mères, et les mères ne peuvent pas les donner, parce qu'elles n'ont rien. Tout ce qu'ils peuvent faire est de demander l'aumône, souvent ils sont arrêtés comme des vagabonds. «Je suis parti de chez moi parce que j'étais souvent ému aux larmes de voir des petites filles de huit ou dix ans obligées de travailler quinze heures par jour pour le salaire dérisoire de vingt centimes.Les jeunes femmes de dix-huit ou vingt ans travaillent aussi quinze heures par jour. et cela arrive non seulement à mes compatriotes, mais à tous les travailleurs qui, pendant toute la journée, s'essoufflent pour une croûte de pain, tandis que leur travail produit des richesses abondantes. les conditions les plus misérables, et leur nourriture se compose d'un peu de pain, de quelques cuillerées de riz et d'eau, de sorte qu'au moment où ils ont trente ou quarante ans, ils sont épuisés, et vont mourir dans les hôpitaux. conséquence de la mauvaise nourriture et du surmenage, ces malheureux sont, par centaines, dévorés par la pellagre, maladie qui, dans mon pays, attaque, comme disent les médecins, ceux qui sont mal nourris et mènent une vie de labeur et de privation.